Sélectionner une page

Déformation posturale et structurelle

Accueil | Guide de la santé du pied | Déformation posturale et structurelle

La naissance d’une posture

Nous sortons tous prématuré du ventre de notre mère. A la différence des animaux qui en quelques heures seulement arrive à une maturité motrice, nous mettrons en moyenne une année à nous tenir debout sur nos pieds.

Cette posture est donc le fruit d’un acquisition , d’un apprentissage. Nous avons évident dans le logiciel interne les bases pour pouvoir nous développer, ce que nous appelons les paternes. A partir de ces paternes nous relèverons la tête , puis nous ferons nos premiers retournement dos ventre, ensuite viendra le rampement, le quatre pattes et enfin la marche. Une fois debout, nos pieds de bébé encore tout mous, devront à mesure que les mois passent se renforcer, la voûte plantaire va se dessiner, les rôles les différentes structure seront distribuer.  

Qui fait quoi ?

Le gros orteil prendra sa place de navigateur en chef, il sera responsable d’un appui stable et bien réparti sur le reste du pied.
Les orteils surtout grâce aux fléchisseurs assureront la stabilisation latérale en servant d’appui pour les longs muscles de la jambe (les fibulaires en l’occurrence), la voûte assurera  l’élasticité du pied nécessaire à l’amorti sur le sol.  

Une forme pleine de subtilité

La forme du pied final se dessine donc peu à peu, fruit des différentes sollicitations , gravitaires, mais aussi intra-corporelles. C’est d’ailleurs là toute la subtilité. Car la gravité est la même pour tout le monde, si il n’y avait qu’elle en jeu  nous devrions tous avoir les mêmes pieds. Hors il y a autant de pieds différent que de personnes sur cette terre. Et il y a même des différences entre nos deux pieds!!! C’est donc du côté de notre biologie propre qu’il faut chercher.

Il y a bien sur la génétique: la qualité de notre tissu de soutien, les paternes pré enregistrer, une partie de notre schéma postural.

Mais nous naissons prématuré, ainsi les sollicitations de l’extérieur ( environnement familial, social,  climatique) vont jouer un rôle. Un bébé est un être dont toute l’émotion passe par le corps , et les interconnections sont donc nombreuse.  

Qui commande ?

Il existe également une adaptation aux tensions intrinsèques de notre corps. Le plus flagrant est l’adaptation posturale des femmes aux tensions internes du petit bassin. Le flux hormonal pendant la forte croissance chez l’adolescente est si important qu’il pourra générer une attraction centripète, attirant le tonus des muscles environnant, notamment les adducteurs.

Imaginer votre posture, lorsque vous souffrez de mal de ventre. Une sollicitation  plus soft mais quotidienne va organiser une  posture significative de cet état. Ainsi on retrouvera souvent des jeunes filles genoux en dedans et donc si l’on suit toute la chaîne musculaire, des pieds qui s’adapteront avec un appui interne très prononcé, et souvent une voûte affaissée et un hallux valgus naissant.

De même, si un bébé loupe l’étape du quatre pattes, l’hypertonus notamment des fléchisseurs de hanche , qui en résulte amènera l’enfant à développer une marche à la Lucky Luc, avec des gros orteils qui se regardent pendant le marche.

Ainsi l’on comprend toute la complexité de la posture et notamment l’implication pour la base: les pieds.  

De quoi parle t-on ?

Nous verrons donc dans ce chapitre les principaux défauts posturaux que l’on retrouve.

La plupart sont un cocktail de génétique et d’acquis : l’hallux valgus, le pied plat et affaissement de voûte plantaire, le pied creux et orteil en griffe.

D’autres seront juste due à une mauvaise adaptation à l’environnement notamment l’épine calcanèenne ?

Les différents types de déformations osseuses

 

Hallux valgus

C’est la déformation la plus classique que l’on retrouve pour les orteils et le pied.
Le gros orteil, de son nom latin Hallux , va se retrouver complètement orienté vers l’extérieur du pied, en valgus. L’hallux n’assure alors plus son travail d’appui , qui est relégué à l’articulation juste au dessus. Cette articulation se transforme alors peu à peu pour s’adapter à ce nouveau rôle et prend l’apparence dans les cas extrême d’un “oignon”.

La santé du pied se dégrade alors plus ou moins vite selon les personnes. Différents dégrés de gravité de cette déformation peuvent exister. Une prise de conscience précoce du problème pourra retarder voir éviter la chirurgie, dernier recourt dans les cas extrêmes.
 

Pieds plats et affaissement de la voute plantaire

Le pied plat est souvent le signe d’un appui au sol inefficace, souvent du à la malformation de la voute plantaire. En effet, cet effacement de la voute fait perdre au pied son caractère dynamique, son élasticité. Une bonne voute plantaire est un signe de bonne santé pour le pied.

Cet absence a souvent une part de génétique mais aussi une faiblesse des muscles participant à donner à la voute sa forme. L’implication pour la posture générale de la personne est importante, car le sur appui sur l’intérieur du pied a un impact plus ou moins important selon les cas sur les genoux principalement, mais aussi forcement sur le bassin et le dos.

Dans les cas les plus graves, l’affaissement total de la voute, le port d’une semelle reconstituant un minimum la voute est inévitable. Malgré tout, un travail sur le tonus des muscles stabilisateurs sera toujours bénéfique pour la santé du pied.
 

Pieds creux et orteils en griffes

Le pied creux ou pied de griffe, est une voute élevée du pied qui ne s’aplatit pas avec le poids portant. Aucune définition radiographique spécifique du pied creux n’existe. La déformation peut être située dans l’avant-pied, mi-pied, pied arrière, ou une combinaison de ces sites.

Le spectre des déformations associées observées au pied creux comprend la griffe des orteils, la déformation de l’arrière pied, la contracture du fascia plantaire et la déformation du gros orteil. Cela peut entraîner une augmentation du poids des têtes métatarsiennes et des douleurs à l’avant du pied.

Les déformations les plus importantes et précoces auront souvent pour origines un problème neurologique ( un hypertonus des muscles pathologies comme la spasticité) ou une déformation de naissance comme un pied bot mal soigné.